Photographie aérienne par Cerf-Volant.
Les notions de base
(Partie 1/3)


Suspente
Nacelle
Prise de vue
Hauteur de prise de vue
Premier essai
Deuxième essai

Suspension Picavet


Le dispositif sur la ligne, le signal est déclenché
Vu d'en haut les choses sont parfois bien différentes de la perception que l'on en a d'en bas. Ne restons pas à terre et élevons nous dans les airs par Cerf-Volant interposé !

Le système proposé est l'un des plus traditionnels qui soit. Le système de déclenchement par mèche correspond d'ailleurs au premier dispositif utilisé par les pionniers de la protographie par cerf-volant, Arthur Batut en étant le précurseur en 1888.

Le sytème proposé est très bon marché et constitue un bon moyen de se lancer dans la prise de vue aérienne par cerf-volant.
Attention toutefois, vous risquez vraissemblablement d'attraper un virus dont il vous sera très difficile de vous séparer !


Chapitre précédent
Ornements.
Chapitre suivant
Rokkaku

Suspente :

La suspente est constituée de deux parties :

  • le systéme d'acrochage à la ligne de retenue.
  • le pendule muni de son étrier.

Le système d'accrochage à la ligne de retenue comporte deux types d'équipements :

  • un moyen simple et fiable d'accrochage à la ligne.
  • le système d'accrochage du pendule.

Le pendule muni de son étrier permet :

  • d'accrocher la nacelle contenant l'appareil de prise de vue et le dispositif de déclenchement.
  • de stabiliser le dispositif.

Vue latérale du système d'accrochage
Vue du dessus du système d'accrochage.

Ces vues montrent le détail des deux dispositifs
qui équipent le système d'accrochage :

  • accrochage à la ligne de retenue par l'intermédiaire du plot central et des deux écrous à papillons.

  • accrochage de la tige du pendule par l'intermédiaire d'une équerre.

La tige du pendule est un tube d'aluminium de 8 mm de diamètre, un morceau de tige filetée est immobilisé à chaque extrémité par une "goupille" tirée d'un clou.

La tige réunit d'un côté la suspente, de l'autre un étrier qui autorise l'inclinaison et la rotation de la nacelle.

La nacelle :

Nous avons utilisé des planchettes de sapin (lambris dont la rainure et la languette ont été rabottées !), les photos ci-dessous montrent la nacelle à l'intérieur de son étrier sous plusieurs angles :


Vue avant, noter la présence d'un crochet qui traverse le levier de déclenchement et qui est retenu par un ressort (à gauche de l'image). A droite de l'image, le pivot de ce levier est constitué par un clou planté dans une petite pièce cubique en bois.


Vue arrière. Le cadre est renforcé par une planchette qui supporte le signal. Le signal est constitué d'un ruban agrafé à un morceau de tourillon autour duquel il s'enroule, l'autre extrémité étant agrafée à la planchette arrière. Ue ressort est fixé à cette même planchette par un clou de type "pontet" : lors du déclenchement, ce ressort doit pouvoir basculer librement vers l'arrière pour libérer le signal !

Vue de côté, le levier est guidé par une lumière pratiquée dans le côté de la nacelle

Vue de dessus, une plaque métallique protège la nacelle de la combustion de la mèche.
Un étrier permet le réglage de la longueur de mèche.

Les dimensions de la nacelle dépendent de celle de l'appareil de prise de vue, son dispositif de fixation aussi.


Le levier de déclenchement avec son doigt,
le systéme de fixation de l'appareil photo : sandows
pour un appareil jetable.

L'étrier de fixation de la mèche

Passage du fil à coudre, depuis le crochet du levier
de déclenchement avec renvoi à angle droit (clou), puis guidage
par la tête de vis vers ...

... le ressort qui maintient le signal de prise de vue.

La prise de vue :

1) Accrochage de la suspente à la ligne de retenue :

Le cerf-volant doit être le plus stable possible, 200 mètres environ de ligne ayant été lâchés.
Abaisser la ligne à l'aide d'
une poulie, la nacelle ne doit pas être trop rapprochée du cerf-volant, fixer la ligne à l'aide d'un noeud tête d'alouette autour du plot central de la suspente, faire un tour autour des plots d'extrémité et resserrer les écrous à papillon.

2) Le cadrage :

Le cadrage est réalisé "au jugé", c'est sans doute l'étape qui demande le plus d'expérience car il faut imaginer ce que voit l'objectif de l'appareil de prise de vue. Il est vivement conseillé de prendre plusieurs vues du sujet visé en modifiant l'inclinaison et l'orientation de la nacelle.

3) La prise de vue :

Enrouler le signal (ruban) sur le morceau de tourillon.

Passer un morceau de fil à coudre, muni d'une boucle aux deux extrémités, entre le ressort lattéral et celui placé à l'arrière de la nacelle. Ce fil est renvoyé à angle droit par un clou situé sur le dessus de la nacelle et guidé vers le ressort arrière par la fente d'une tête de vis. Il est impératif de faire passer le fil sous la mèche. Le signal doit être immobilisé par le ressort arrière.

Assurez vous que le doigt de déclenchement est bien placé au dessus du déclencheur de l'appareil photo.

Régler la longueur de la mèche (1 cm environ par minute de temporisation).

Armer l'appareil photo.

Libérer le cerf-volant en vous rapprochant du point d'attache de la ligne avec la poulie.

Attendre le déclenchement; Celui-ci est rendu visible par le déroulement du signal.

Recommencer le processus pour la vue suivante.

Hauteur de prise de vue :

Comment estimer la hauteur de l'appareil de prise de vue ?

Nous vous proposons d'utiliser la table ci dessous, deux informations sont nécessaires pour l'utiliser correctement :

  • L'angle formé par la ligne de retenue par rapport au sol (exprimé en degrés).
  • La distance qui sépare le point d'attache du cerf-volant de la suspente de prise de vue.


Pour les puriste, soustraire de la valeur trouvée, la hauteur de votre dispositif de prise de vue !

 

Premier essai :

Les photos ci-dessous ont été prises avec un appareil jetable. La vitesse d'obturation sur ce type d'appareil est généralement de 1/100 ième de seconde, les risques de "bougé" sont donc très importants.
Le Cerf-volant porteur est un
Rokkaku de 1,30 m d'envergure.


Classique, "nous" vus d'en haut !


La plage de Quend

Pour la photo de gauche le cadrage est acceptable, mais la photo est floue,
pour celle de droite la netteté est satisfaisante (appareil jetable combiné à un temps pluvieux) mais le cadrage ne correspond pas à nos espérances : trop de plage et pas assez de base nautique ...

Conclusions suite aux premier essai :

  • Il faut utiliser un appareil photo à vitesse d'obturation rapide (inférieure à 1/100 ième de seconde).
  • Pour l'aspect cadrage il faut griller de la pellicule pour augmenter les chances de cadrage correct (orientation et l'inclinaison de l'appareil de prise de vue), mieux prendre en compte les conditions climatiques pour prendre des photos avec un cerf-volant parfaitement stable : "cloué sur le ciel".
  • Pour une meilleure définition de l'image un appareil comportant un objectif de bonne qualité serait le bienvenu.
  • Un ou plusieurs assistants sont indispensables pour aider aux manoeuvres !

Deuxième essai :

Les photos qui suivent ont été prises à Quend-plage-les-pins. Le temps est clair, le vent stable (15km/h). Le rokkaku est cloué dans le ciel. Les prises de vues sont effectuées à 30 mètres de hauteur environ.

Le Cerf-volant porteur est un Rokkaku de 1,30 m d'envergure.

Les trois vues du haut sont issues d'un appareil jetable, les deux du bas d'un petit appareil numérique (Webcam !)


La plage vue côté Quend

La plage vue côté Marquenterre

Les dunes

Vue générale de la plage


<<<
Zut ! la ligne de retenue
est visible sur la photo !

Pas mal !
Le cadrage et le piqué de l'image
sont satisfaisants compte tenu
des moyens mis en oeuvre !
>>>


La plage vue côté Marquenterre,
la base nautique à gauche de l'image

Conclusions suite au deuxième essai :

  • Les photos prises avec l'appareil numérique (Webcam d'un coût inférieur à 150 €) permet d'obtenir des photos plus nettes et d'un meilleur piqué. La vitesse d'obturation peut en effet atteindre le 1/400 ième de seconde en fonction de la luminosité.
  • L'expérience permet d'obtenir un meilleur cadrage ! Mais pour acquérir l'expérience nécessaire il faut du temps et de nombreux essais.
  • L'appareil numérique permet de réduire les coûts (pas de coût de développement) et favorise le "grillage de pellicule", le modèle utilisé autorise en effet la prise de 64 photos numériques, ce qui donne une bonne autonomie sur le terrain et la possibilité de visualiser très rapidement le résultat !
  • Au travers de cet essai nous confirmons le diagnostic fait lors des premiers essais : le cerf-volant porteur doit être extrèmement stable. Un vent fort n'est par obligatoire, lors de ces prises de vues il soufflait à 15 km/h ce qui était parfaitement suffisant pour emmener dans les airs notre équipement.
  • L'idéal est de disposer d'un vent juste suffisant pour nos besoins, c'est en effet le meilleur moyen pour que l'angle formé par la ligne de retenue par rapport au sol soit le plus ouvert possible. A quoi bon disposer d'une très grande force de traction si le cerf-volant ne peut pas réellement s'élever dans les airs ?

Suspension Picavet:

La suspension Picavet, du nom de son inventeur Pierre Picavet qui conçut ce système en 1912, présente l'intérêt d'un poids très faible et d'une très bonne stabilité.

Le support de la nacelle est constitué d'une croix qui a la particularité de rester horizontale quelque soit la hauteur du cerf-volant, l'ensemble suspension / nacelle à tendance à retrouver très rapidement la position horizontale après un déplacement du cerf-volant (vertical ou horizontal).

De nombreux cerfs-volistes démarrent dans la photographie aérienne avec une suspension pendulaire. Avec l'expérience, nous sommes en mesure d'affirmer que la suspension Picavet convient le mieux dans la majorité des cas, la suspension pendulaire étant à réserver à des cas particuliers.

En apparence cette suspension peut sembler complexe. Dans les fait il n'en est rien, en voici le détail de construction.

Vue d'ensemble de la suspension Picavet.

Pour une meilleure lisibilité les fils sont colorés. Dans la pratique c'est un morceau de ligne de 9 m qui passe successivement par les anneaux A et B et par les pitons 1-2-3-4 de la croix de la suspension, dans l'ordre indiqué ci-contre. Les deux extrémités de la ligne de 9 m se retrouvent donc, tous deux, attachés en A.

Noter la présence de deux petits anneaux aux intersections des fils A2 / B1 et A3 / B4, ils sont destinés à limiter les mouvements de rotation de la suspension.

Les deux points fixes A et B seront d'autant plus éloignés que l'angle formé par la ligne de retenue par rapport au sol sera grand.

Le système d'accrochage de la suspension à la ligne de retenue du cerf-volant est des plus simple :

Le système d'accrochage est constitué d'un fil métallique (porte manteaux) plié comme indiqué sur le schéma, la largeur finie est de 10 cm, la suspension Picavet est accrochée à la boucle métallique qui a été formée au centre (points A et B). La fixation à la ligne de retenue est obtenue en enroulant la ligne 4 ou 5 fois de part et d'autre de cette boucle. les parties relevées bloquent la ligne.

L'accrochage de la suspension Picavet à la boucle est assuré par un mousqueton.

Simple, léger et efficace.

La suspension Picavet en quelques photos :

Superposition de deux bandes d'aluminium
de 20 cm de longueur pour 5 cm de largeur,
épaisseur 1 mm minimum.

Tracer une ligne parallèle aux bords longs,
percer un trou de 6 mm au centre. Ce trou
est destiné à l'accrochage de la nacelle
décrite au début de cette page.

Immobiliser, temporairement,
l'ensemble en passant un piton
fermé dans ce trou.


Percer les trous d'extrémité destinés
au passage des pitons.

Tracer une découpe en trapèze à
chaque bout.


Passer un piton dans chaque trou et
découper les trapèzes.

Arrondir les angles.

Faire pivoter les deux pièces.

Percer 4 trous pour assembler la croix.

Poser des rivets pop.


Détail de fixation des pitons aux
4 extrémités de la croix.

Noter la présence d'une rondelle
anti-dévissage.

Les fils sont passés par les points A et B
et par les 4 pitons.

Les 4 pitons ont la même orientation.


La nacelle est accrochée à la croix par
l'intermédiaire d'un tube aluminium de
6 mm de diamètre.

Détail de la rondelle en nylon utilisée à
l'intersection des fils latéraux pour
limiter les phénomènes de rotation de la croix.

Un tasseau muni de deux pitons ouverts
permet le rangement de la suspension.

La suspension rangée.
 
Mon fils Rémi, à l'arrière détail du
système d'accrochage et vue sur la
suspension.
 

Nos pemier essais avec la suspension Picavet et un delta de 4 m d'envergure :

Vues prises à Quend plage

La plage et le front de mer

Vos serviteurs !

Front de mer vu de plus haut

Remarques :

Certains cerfs-volistes utilisent des poulies aux points A / B / 1 / 2 / 3 / 4, cela n'est pas utile :

  • En A et B les mouvements sont quasiment nuls.
  • En 1, 2, 3 et 4 trop de mobilité peut nuire à la stabilité.
  • L'emploi de poulies nécessite l'usage d'une ligne de plus fort diamètre avec un risque d'insertion de celle-ci entre la poulie et sa chape. Ceci peut conduire à un blocage de l'ensemble dans une position non horizontale.
  • Les poulies sont plus lourdes que les mousquetons et pitons. Il vaut mieux que la charge utile soit située sous la croix de suspension.

Il n'est pas nécessaire de « construire léger », c'est le poids de la nacelle qui maintient l'ensemble à l'horizontale : veiller à la bonne répartition des masses au niveau de cette nacelle.

Utiliser une ligne fine pour la suspension pour limiter les frottements au niveau des pitons et obtenir un glissement d'une efficacité proche de celle obtenue avec des poulies.

Une fois installé, le dispositif doit prendre la forme d'un V dont les branches n'ont pas la même longueur. L'angle au niveau de la croix de suspension
doit être « étroit ».

Pour ranger la suspension sur son tasseau, commencer par transférer les systèmes d'accrochage de la ligne vers les pitons ouverts du tasseau puis enrouler soigneusement. Maintenir avec un élastique. Procéder en sens inverse pour installer la suspension sur la ligne.

La suspension Picavet est facile à transporter : encombrement minimum.

Notre prochain objectif : radio commander la nacelle,
cliquer ICI pour visualiser la partie 2 de nos pages consacrées à l'aérophotographie.

Affaire à suivre après de nouveaux essais !



Chapitre précédent
Ornements.
Chapitre suivant
Rokkaku

Nous laisser un message


  Dernière mise à jour le jeudi 24 mai 2007 10:12