Naours.


La Cité souterraine
Autres curiosités

 


La Cité souterraine

Situé à quelques kilomètres d'Amiens, Naours est construit sur l'emplacement de l'ancien village NOR. Il doit son nom à une rivère aujourd'hui disparue la Naourde.
Les anciens prononcent encore son nom " NOR " alors qu'il est d'usage de prononcer " NAOUR " (sans le " S " final), les habitants sont des NAOURSIENS.

La Cité souterraine a pour origine des carrières qui ont été exploitées dès le IIIième siécle. Pendant 500 ans des galeries et salles sont aménagées, à une trentaine de mètres de profondeur environ, dans un sous-sol composé de calcaire et de fines couches de silex.
Cette véritable " ville souterraine " fut utilisée par les habitants de Naours lors des invasions.
Des étables, un puits, des greniers, des chambres fermées par de lourdes portes en bois et même des chapelles composent l'installation de la Cité.
Des conduits d'évacuation de fumée et de ventilation des galeries complètent l'installation. Afin de ne pas dévoiler leur cachette (muche en picard), les fumées sont dispersées au travers du sol des champs qui surplombent le site puis les conduits ont été déviés et raccordés aux cheminées de certaines maisons.
Ce dernier dispositif permettait de ne pas dévoiler la présence de la Cité souterraine.

L'Abbé Danicourt rachète la Cité souterraine à la commune, elle est alors considérée sans intérêt, des fouilles sont entreprises, l'Abbé baptise les rues souterraines, organise des rencontres archéologiques, et tente de rentabiliser son investissement en organisant des visites guidées de la totalité du site (4 heures de visite !).
Quelques 60000 visiteurs par an découvrent le site. Suite à ces nombreuses visites, le site est très connu et perd sa fonction première de " muche ".
Il est successivement utilisé par les anglais en 14/18 puis par les Allemands en 39/45.
L'Abbé disparait subitement en laissant derrière lui des dettes.

Après plusieurs rachats, le site revient dans les années 30 à la famille Martin qui l'exploite depuis.

Le parc est progressivement aménagé en jardin paysager qui inclut aujourd'hui bois, pièce d'eau, animaux, mini-golf et jeux.


La pièce d'eau

Le parc paysager

Une galerie


Salle de la rotonde


Une cheminée

Autres curiosités :

A voir aussi sur le site : un musée de la vie picarde et deux moulins à vent, l'un produisaient de l'huile, l'autre de la farine.

 

Tisserant

Potier

Forgeron

Moulin à farine
Dans le parc, deux moulins ...
Rouages et trémie
 

Chapitre précédent
Amiens.
Chapitre suivant
Sommaire

Nous laisser un message


Dernière mise à jour le lundi 07 novembre 2005 06:26