Rambures, notes généalogiques

Famille de RAMBURES.

La généalogie officielle de cette famille est bien connue jusqu'en 1676 date du décès du dernier descendant de la branche aînée, Louis Alexandre marquis de RAMBURES. Plusieurs généalogistes se satisfaisant de recopier les travaux du Père ANSELME ont continué d'affirmer, sans autres vérifications, que la famille s'était éteinte en 1676. Cette erreur s'est propagée jusqu'à nos jours bien que certains historiens généalogistes aient tenté d'y mettre fin. (V.Desbois.Prarond, Huguet.)

Or une branche cadette existait belle et bien, elle portait les armes inversées « de Gueules à trois fasces d'or » inversion des émaux tout à fait logique s'agissant d'une branche cadette. Cette branche avait embrassé la Religion Prétendue Réformée (RPR), pour son malheur, car la branche aînée qui était ligueuse lui voua une haine qui dura bien au de là des guerres de Religion. Tout fut fait pour écarter cette branche de la succession de la branche aînée. En effet Charlotte de RAMBURES, tante du Marquis de RAMBURES, avait épousé François de LA ROCHE, marquis de FONTENILLES, dans son contrat de mariage, Charles de RAMBURES, son père, fit en sorte, en cas d'extinction de la descendance masculine de spolier la branche cadette dite des « RAMBURES POIREAUVILLE » au profit de son gendre. (V. mémoire d'Adalbert de RAMBURES et contestation de son contrat de mariage par Charlotte de Rambures qui déclare qu'il a été signé sous la contrainte. Archives notariales du Chatelet ).
En 1864 Charles de la Roche-Fontenille héritier par les femmes du château et des biens des anciens sires de Rambures, aurait voulu prendre le nom et les armes des RAMBURES, comme si cette famille était éteinte. La branche cadette s'opposa à cette prétention et Charles de la Roche-Fontenille fut débouté. (Notice sur les RAMBURES par Adalbert de RAMBURES et de MAILHOL Dictionnaire de la Noblesse page 1953).

Cette branche RAMBURES POIREAUVILLE qui possédait le fief de VAUDRICOURT dès 1431 se divisa en deux branches; celle d'ADRIEN de RAMBURES qui s'est éteinte en 1916. Les BOREL de BRETIZEL, dont la grand-mère était née Marie Thérèse de RAMBURES, furent autorisés en 1930 à ajouter à leur patronyme « RAMBURES » d'où la branche BRETIZEL-RAMBURES dont descendance; Celle de JEAN de RAMBURES qui existe toujours. Elle était propriétaire avant 1550 à POIREAUVILLE puis à FRESSENNEVILLE distant de 4km et de 14 kilomètres du château de  RAMBURES. (V. de La Gorgues et Rosny page 1218 Jean fils de Jean Lieutenant à Fressenneville). Cette branche fût d'ailleurs maintenue dans sa noblesse en 1699 (sentence du Ponthieu Hierosme Bignon)


Nous laisser un message


Dernière mise à jour le mardi 24 septembre 2002 18:01